Les fonctionnaires du Sud et des Hauts Plateaux maintiennent la pression : mécontentement chez les syndicalistes
25 Jul, 2014
La grève de trois jours à laquelle avaient appelé six syndicats - Snapest, Unpef, Snpsp, Snapap, Cnes et Sap- a pris fin hier, mais la tension reste vive. 
Joint hier par téléphone, le porte-parole du Snapest Meriane Meziane avance un taux allant jusqu’à 80% dans les trois paliers de l’Education nationale. Rappelons que les fonctionnaires de 23 wilayas du Sud et des Hauts Plateaux sont concernés par ce débrayage. La tension n’est pas près de retomber dans ces deux régions si le gouvernement ne se décide pas à annoncer des mesures concrètes suivies de textes d’application immédiate. C’est le seul gage d’apaisement, persistent et signent les syndicats de la Fonction publique, à leur tête ceux de l’Education nationale, selon  Meriane  Meziane.
Selon le porte-parole d u Snapest, c’est une rencontre qui s’est soldée par un échec vu que la tutelle n’a pris que des engagements verbaux, sans aucun document officiel, comme l’exigent les syndicats. Ces derniers campent sur leurs positions et l’ont fait savoir une fois de plus.
Une réunion a regroupé  hier dans la wilaya de Ghardaïa les différents syndicalistes afin de décider d’une nouvelle action de protestation pour la semaine prochaine pour trois jours de grève en vue d’arracher « toutes les revendications dans leur globalité et non partiellement », selon le syndicaliste.
Sandra Touat